Le (faux) tartare de thon de Philippe Conticini

tartare 7

tartare 6

Ces derniers jours/semaines, ça a été un peu la course pour moi… Je reprends tout juste un rythme décent !
Après ces quelques jours d’absence, voici donc une recette rapide et facile qui rafraichira vos papilles en ces jours de chaleur étouffante ! En plus, comme c’est signé Philippe Conticini, ça ne peut qu’être délicieux… Ce qui est assez magique, c’est qu’on a le goût d’un vrai tartare mais avec du poisson cuit qui attend impatiemment dans le placard qu’on daigne le sortir de sa boîte. On peut donc facilement s’y prendre au dernier moment (et ça c’est un sacré avantage pour moi qui m’y prends toujours au dernier moment ).
Pour l’été, c’est très frais. On peut aussi bien en faire une entrée qu’un plat. Tout est à peser, il n’y a donc aucun risque de se tromper. La présentation est simple mais fera son petit effet. Tous les ingrédients sont déjà chez vous. Pour ceux qui n’aiment pas/n’en ont pas/ne veulent pas se compliquer la vie, on peut même se passer des œufs. A la maison, pour finir le reste de tartare, on l’a mangé comme des rillettes de poisson, sur du pain et c’était aussi bon . Bref, c’est une recette 0 risque mais 100% plaisir ! 

Allez, aux prochaines grosses chaleurs, à votre tour d’essayer cette recette 🙂 ! 

Infos pratiques:
– Difficulté : ☆☆☆☆
– Préparation : 10 minutes
– Cuisson : 5 minutes
– Réfrigération : quelques heures
– Quantité : 2 ou 4 personnes [1]

La liste de courses :  
– 280 g de thon au naturel égoutté et émietté (soit ≈ 1 grosse boîte),
– 2 œufs,
– 60 g de Ketchup,
– 40 g d’huile d’olive,
– 25 g d’oignon rouge ciselé,
– 20 g de cornichons émincés finement
– 20 g de câpres concassées,
– 20 g de moutarde,
– 15 g de noisettes concassées,
– 4 branches d’aneth épluchées et ciselées,
– 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique, 
– 1 noix de beurre,
– Sel et poivre [2].

La liste des ustensiles :
– 1 saladier, 
– 1 poêle, 
– 1 emporte pièces (8 cm de diamètre pour moi).

Concrètement, cuisinons…

1. Dans un saladier, on mélange intimement et délicatement tous les ingrédients, sauf les œufs. Le cas échéant, on assaisonne. On place le tout au réfrigérateur quelques temps. C’est important pour manger le tartare bien frais.

tartare 5 tartare 4

2. Un peu avant de servir, dans une poêle, on fait fondre la noisette de beurre et on casse le œufs qu »on cuit doucement pour obtenir un blanc coagulé mais un jaune bien coulant (il n’y a rien de très sorcier, il s’agit de la cuisson classique d’un œuf sur le plat). On ne sale pas et on ne poivre pas non plus pour garder un bel œuf bien blanc.

tartare 3
3. Dans un cercle (ou avec n’importe quoi pouvant faire l’affaire, par exemple, la boite de thon auquel on a ôté le fond et le couvercle), on dresse le tartare. Quand l’œuf est cuit, on l’emporte pièce (de la taille du tartare ou un poil plus petit). Il ne reste plus qu’à servir et à déguster !

[1] En théorie, les proportions sont données pour 2 personnes. Dans ce cas là, il s’agit d’un vrai plat. Pour ma part, s’agissant d’une entrée, j’ai fait 4 petits tartares. Quoi qu’il en soit, je préconise de le servir avec une bonne salade pour rester dans le thème « il fait chaud, on veut manger frais ».
[2] Je n’ai pas touché à l’assaisonnement personnellement. C’était déjà parfait avec la moutarde, les câpres et compagnie !

En conclusion, dégustons !

tartare
 
tartare1
Posté dans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *