La focaccia, mettez de l’Italie dans vos apéritifs !

yyyyyy
 

yyyyy
 
yyyy

 

L’été est, sans conteste, la période des apéritifs, pique-nique et autres réjouissances en plein air… Pour l’occasion, je vous propose la recette de cette excellente focaccia que j’ai emprunté, avant de l’adopter, à Valérie du blog « C’est ma fournée » !
Ce petit pain aux senteurs d’Italie ravira, petits et grands, en toute occasion. Mieux, quand il fait chaud, comme ces jours-ci, accompagnée d’une salade, la focaccia peut parfaitement faire l’affaire pour un diner léger. Bref, c’est vraiment la recette passe-partout de l’été que vous pourrez accommoder et transformer au gré de vos humeurs ! Personnellement, je suis totalement accro à ce goût de romarin et à la texture si particulière de la focaccia. Une croûte légèrement craquante et salée qui protège une mie aussi légère qu’aérée… Si ce n’était l’huile d’olive en quantité relativement généreuse, je pourrais réaliser cette focaccia tous les jours !
 
Infos pratiques:
– Quantité : 6/8 personnes
– Difficulté : ☆☆☆☆  
– Préparation : 30 minutes
– Cuisson : 20 minutes
– Pousse : 10 + 10 + 20 + 20 (soit 1h)  
 
La liste de courses : 
Pour la pâte :
– 500 g de farine T45, 
– 300 g d’eau, 
– 10 g de levure de boulanger fraiche, 
– 15 g d’huile d’olive, 
– 8 g de sel, 
– Du romarin (ou toute autre herbe aromatique : herbes de Provence, thym…).
 
Pour l’émulsion :

– 30 g d’eau, 
– 30 g d’huile d’olive, 
– 1 cuillère à café de sel.

La liste des ustensiles :
– 1 rouleau à pâtisserie, 
– 1 saladier,
– Du sulfurisé ou 1 toile SILPAT.

Concrètement, cuisinons…

1. On mélange l’eau tiède et la levure et l’on verse ce mélange sur la farine. Ensuite, on ajoute l’huile d’olives et le sel. A la main ou avec le robot, on pétrit lentement mais sûrement pour obtenir une pâte bien souple. C’est à ce moment qu’il faut ajouter les éventuels ingrédients servant à parfumer la focaccia (une partie des herbes, les olives…). 
2. On forme une boule avec la pâte qu’on dépose dans un saladier avant d’huiler légèrement la surface du pâton. On couvre avec un linge et on laisse pousser 10 minutes. 
3. On dépose la pâte sur une toile ou du papier sulfurisé avec délicatesse pour ne pas en chasser l’air. A nouveau, on laisse lever 10 minutes. 
 
 
4. On étale la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Une fois de plus, le maitre mot est délicatesse : on ne souhaite pas dégazer la pâte, bien au contraire. On laisse reposer 20 minutes. Pendant ce temps, dans un bol, on prépare l’émulsion avec l’eau, l’huile d’olive et le sel [1]. Pour cela, on mélange jusqu’à ce que l’huile et l’eau forme un tout homogène et que le sel se soit parfaitement dissout. 

5. Quand les 20 minutes sont écoulées, on fait des trous (de manière plus ou moins régulière pour l’esthétisme) dans la pâte, avec les doigts. Il ne faut pas hésiter à faire des trous bien profonds car la pâte va encore gonfler. On remplit ces trous à l’aide de l’émulsion [2]. On laisse pousser encore 20 minutes.

5. BONUS. A la moitié de ce dernier temps de pousse, on met le four à préchauffer sur 200° C, chaleur tournante.
6. Au moment d’enfourner, on saupoudre avec les herbes restantes ou n’importe quelle épice que l’on souhaite. La cuisson dure une vingtaine de minutes et la focaccia doit être dorée mais pas plus pour conserver tout son moelleux. Dégustez tiède !

 
[1] Sur son blog, Valérie conseille aussi de supprimer le sel de l’émulsion. A la place, elle met de la fleur de sel au moment d’enfourner. 
[ 2] Oui, la quantité semble énorme mais, oui, c’est tout à fait normal.  

En conclusion, dégustons !

yyy

yy

y

Posté dans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *