Ma bûche de Noël « pour les nuls » (génoise roulée et crémeux citron)

buche 14

buche 11

Déjà la dernière recette avant Noël… Pour l’occasion, j’ai sacrifié à la traditionnelle bûche mais j’avais envie de vous proposer une version rapide, simple et pas chère, pour tous ceux qui veulent faire leur bûche mais n’auront pas forcément beaucoup de temps à lui consacrer. On gagne du temps car il n’y a que deux préparations (rapides et ne nécessitant rien de particulier, vous avez tout dans vos placards) et il n’y a pas à masquer la bûche puisqu’elle a revêtu ses petits pois. 
En outre, la bûche arrive souvent tard dans la soirée, après des plats nombreux voire gargantuesques. J’ai donc opté pour la fraicheur du citron que l’on retrouve sous forme de crémeux (pour, là encore, gagner du temps et éviter une réfrigération trop longue afin que la mousse prenne). J’ai trouvé l’idée des petits pois chez Manue et la recette de la (fausse) génoise chez Sylvie ! D’ailleurs, si jamais vous êtes doués de vos dix doigts, vous pouvez réaliser de jolis motifs sur vos bûches avec la pâte à cigarette.
Je vous souhaite à tous un joyeux Noël et à très vite pour vous présenter mes deux recettes de la Saint-Sylvestre 🙂 !
 
Infos pratiques:

– Quantité : 8 personnes
– Difficulté : ☆☆☆☆☆ 
– Préparation : 20 minutes + 30 minutes
– Cuisson : 2/3 minutes  + 8/10 minutes
– Réfrigération : 1h (crémeux) + 1h (bûche)
– Congélation : 1h (pâte à cigarette).

La  liste de courses :
La génoise :
– 120 g de sucre,
– 100 g de farine,
– 4 oeufs.

La pâte à cigarettes [1] :
– 20 g de beurre,
– 20 g de sucre,
– 20 g de farine,
– 20 g de blanc d’oeuf,
– Colorants (en poudre ou liquide). 

Le crémeux citron :
– 350 g de jus de citron (soit ≈ 7 citrons),
– 50 g d’eau,
– Les zestes de 2 citrons bio,
– 200 g de sucre,
– 40 g de Maïzena,
– 2 jaunes d’oeufs,
– 2 oeufs,
– 75 g de beurre,
– 80 g de crème liquide.

La liste des ustensiles :
– 1 Flexipat (tapis en silicone à bord haut) ou à défaut une plaque de cuisson,
– 1 spatule,
– 1 cul de poule,
– 1 saladier,
– 1 casserole,
– 1 bol,
– Du papier sulfurisé et étirable. 

Concrètement, pâtissons…

La pâte à cigarette
1. Dans un bol, on travaille le beurre jusqu’à ce qu’il soit pommade. On lui ajoute alors le sucre et on mélange. On fait de même avec les blancs d’œufs puis la farine. On sépare la pâte et on la colore en fonction du nombre de couleurs choisies.
 
buche 10 buche 9
 
2. On tapisse la plaque de cuisson avec une feuille de sulfurisé qui nous servira à dessiner. A l’aide d’une poche à douille, d’un flacon à décor ou tout simplement d’un cornet confectionné avec du papier sulfurisé (mon choix), on dessine les motifs souhaités. Pour ma part, mes capacités en dessin étant plus que limitées, j’ai opté pour de tout petits pois [2]. On place la plaque au congélateur. 
 
buche 8
 
Le crémeux citron
1. On presse les citrons et on prélève les zestes nécessaires. On place le jus, l’eau et les zestes dans une casserole que l’on met à chauffer. Pendant que le jus chauffe, on fait blanchir les oeufs et le sucre [3] avant d’y ajouter la Maïzena. 
 
buche 6
 
2. Quand le jus de citron est chaud [4], on le verse sur l’appareil à base d’œufs, tout en remuant. On remet le tout dans la casserole et on place sur le feu, en fouettant sans discontinuer jusqu’à épaississement. Une fois la crème cuite, on lui ajoute le beurre à température ambiante et coupé en dés. On réserve dans un saladier, on filme au contact et on place au réfrigérateur jusqu’à refroidissement complet. A ce moment là, on place aussi la crème chantilly dans un cul de poule et au réfrigérateur.La génoise [5]
1. On sépare les blancs des jaunes d’œufs. On fouette vivement les jaunes avec le sucre pour faire blanchir le mélange auquel on ajoute alors la farine. L’appareil obtenu est très épais et compact : pas de panique, c’est normal. 

 
buche 5
 
2. On monte les blancs en neige [6] et on les incorpore au mélange oeuf-sucre-farine. Comme ce mélange est très épais, il faut procéder en deux étapes : on commence avec 1/3 des oeufs en neige que l’on incorpore en fouettant, on veut juste détendre la pâte ; on termine en ajoutant le reste des oeufs en neige que l’on va cette fois incorporer délicatement à la maryse, on veut donner de la légèreté à notre biscuit.
2. BONUS. On fait préchauffer le four sur 180° C, chaleur statique.
3. On sort la plaque avec les motifs du congélateur et on y déverse l’appareil à génoise que l’on étale avec une spatule idéalement (mais une simple cuillère peut faire l’affaire). On fait cuire la génoise 8 à 10 minutes selon la puissance du four. La génoise doit être cuite (légèrement colorée et moelleuse sous le doigt) mais aussi les motifs. Le montage
1. Pendant la cuisson de la génoise, on monte la crème liquide qui doit être bien froide, en chantilly. On détend la crème au citron en la fouettant vigoureusement pendant 1 ou 2 minutes puis on y incorpore la crème fouettée. On replace le crémeux au réfrigérateur. 
2. Lorsque la génoise sort du four, on la renverse sur une feuille de papier sulfurisé. On décolle délicatement celle qui a servi à dessiner. On retourne à nouveau la génoise sur la plaque ou une feuille de sulfurisé (à ce stade, les dessins sont invisibles, ils sont face contre le plan de travail). La génoise encore chaude, on la roule dans un torchon humide ou sur une feuille de sulfurisé [7].

 
buche 4
 
3. Une fois refroidie, on déroule la génoise. On la redécoupe pour lui donner une belle forme rectangulaire, en ôtant juste 0,5 cm sur chaque côté. On étale généreusement le crémeux et on roule la génoise qui devient bûche avec les dessins apparents. Enfin, pour lui donner une belle forme cylindrique et éviter qu’elle ne sèche, je roule ma buche dans du papier étirable que je sers bien et je la mets dans un moule à cake. 

 
[1] Si comme moi vous faites des petits pois, vous aurez beaucoup trop de pâte, la moitie suffira. Mais comme on dit, qui peut le plus peut le moins. Donc, à vos calculettes 🙂 !
[2] En tout état de cause, ne faites pas des dessins trop épais, sinon vous aurez des problèmes à la cuisson. Je parle d’expérience… Manue préconise, quant à elle, un simple passage au réfrigérateur pour les dessins. Mais je n’ai jamais essayé… 
[3] A la maison, nous aimons beaucoup lorsque l’on ressent l’acidité du citron. Pour ceux qui préféreraient une bûche un peu plus douce, tablez sur 50 g de sucre en plus… Attention toutefois, le crémeux se déguste avec la génoise qui est un biscuit assez sucré.
[4] Pour les gens n’ayant pas de râpe ou de Microplane et qui mettent des copeaux de peau de citron, c’est à ce moment là qu’il faut les enlever. 
[5] Pour les puristes, mea culpa maxima, ce n’est pas une vraie génoise avec passage sur le bain-marie et tout le toutim. Pour autant, ce biscuit est délicieux et cette bûche vise à être réalisée rapidement…
[6] On cherche à avoir une texture de mousse à raser, pas forcément des blancs très serrés. En effet, l’appareil de base est déjà très épais, si en plus on cherche à incorporer des blancs fouettés très fermes, c’est vraiment la galère…
[7] Cette étape doit se réaliser pendant que la génoise est chaude, du coup, pas de photo. J’insiste mais il est vraiment important que les dessins soient invisibles, à la fin. Ce n’est qu’avec le roulage qu’ils apparaitront.

En conclusion, dégustons !

 
buche 3
 
buche 2
Posté dans

0 commentaires sur “Ma bûche de Noël « pour les nuls » (génoise roulée et crémeux citron)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *