Le marbré vanille-tonka-chocolat de Christophe Felder (vous ne verrez plus le Savane et Brossard de la même manière)

 

Je vais vous faire un aveu… Dans ma vie, il y a deux Chirstophe… Michalak, bien sûr, mais aussi Felder ! Aujourd’hui, c’est de ce dernier dont je vais vous parler. A mon sens, c’est LA référence absolue en pâtisserie. Je pense que c’est le meilleur passeur de savoir. Avec lui, c’est simple, vous pouvez vous frotter aux recettes les plus complexes, si vous suivez ce qu’il dit (en plus, souvent, il y a un pas-à-pas photographique ce qui n’est pas négligeable), vous ne pouvez pas louper votre dessert ! Sincèrement, de tous les bouquins de pâtisserie que j’ai, il est parmi les seuls en lesquels j’ai une foi absolue. J’y vais les yeux fermés et c’est toujours un succès. 

C’est bien beau de vous raconter tout ça mais, ici, on est loin de ces considérations. En effet, c’est vraiment la recette parfaite pour tous les handicapés du fouet et autres atrophiés de la spatule. Il ne faut rien de spécial, c’est simple comme bonjour à réaliser et surtout hyper rapide ! On ne va pas se mentir, le marbré, c’est mignon mais, quand c’est acheté dans le commerce, c’est quand même pas folichon. C’est un peu sec, ça n’a pas beaucoup de saveur… mais ça cale (on se rassure comme on peut). Là, vous oubliez tout ça car vous allez avoir un gâteau aussi moelleux que savoureux et on vous en redemandera ! Vous pouvez aussi bien le préparer quelques heures à l’avance pour le goûter que la veille pour le petit-déjeuner du lendemain. Bref, c’est le gâteau qu’il vous faut à cette période de l’année puisqu’il est plein de réconfort (et de calories mais ceci explique sans doute cela).
Comme pour le far de mardi dernier, le plus dur avec ce marbré, c’est d’attendre qu’il refroidisse avant de pouvoir le manger !
 
Infos pratiques :
– Quantité : 6/8 personnes
– Difficulté : ☆☆☆☆ 
– Préparation : 10 minutes
– Cuisson : 50 minutes
 
La liste de courses : 
– 190 g de sucre (cf Astuces), 
– 90 g de beurre demi-sel, 
– 1 gros oeuf, 
– 140 g de farine,
– 1/2 sachet de levure chimique,
– 120 g de crème liquide entière, 
– 1 cuillère à soupe de cacao amer en poudre.
 
La liste des ustensiles :
– 1 robot,
– 2 saladiers, 
– 1 Microplane, 
–  1 maryse ou 1 fouet,
– 1 moule à cake de 18 cm.

Concrètement, pâtissons…

1. BONUS. S’agissant d’une recette hyper rapide, on met immédiatement le four à préchauffer sur 160° C, chaleur tournante. 

 
1. Dans la cuve du robot, on met le beurre mou, l’oeuf, le sucre, la vanille et la crème liquide. On mélange jusqu’à obtenir quelque chose de lisse. Ensuite, on ajoute la farine et la levure. On mélange très légèrement de manière à simplement bien les incorporer (un peu comme des muffins, ça ne sert à rien de mélanger 10 minutes). 
 


2. On divise la pâte en deux (ça doit faire environ 250 g dans chaque saladier) et, dans une partie, on ajoute le cacao en poudre (et la fève de tonka râpée à la Microplane, pour moi) et on mélange.
3. Dans un moule beurré et fariné, on fait des couches successives de pâte au cacao et à la vanille. Il n’y a pas besoin d’en faire trop (3 ou 4 maximum de chaque), ni même de les faire bien planes ou régulières. On place au four pour 50 minutes (on n’oublie pas de vérifier avec un couteau que le gâteau est cuit). 

 
Astuces : 
– Comme pour la plupart des pâtisseries contenant du beurre fondu, Christophe Felder vous conseille d’utiliser des ingrédients à température ambiante sans quoi ils auront tendance à faire figer le beurre. 
– Christophe Felder étant un grand gourmand, il préconise de faire un glaçage. Comme ils ne raffolent pas particulièrement du chocolat à la maison, que c’est dans l’optique d’un goûter facile et rapide, que le gâteau est déjà « relativement » riche, que j’avais un peu un poil dans la main au moment de la réalisation du marbré, je n’en ai pas fait. Pour ceux que ça tenterait, c’est simple : 100 g de chocolat et 2 cuillères à soupe d’huile neutre (pépin de raisin ou tournesol). Pour le modus operandi : on fait fondre le chocolat, on ajoute l’huile et on nappe le gâteau refroidi. 
– La plupart des gâteaux de voyage sont meilleurs après un temps de repos. Ici, le lendemain, le marbré sera absolument parfait… si vous avez réussi à attendre jusque là ! A la maison, c’est impossible ou je dois le planquer sous mon lit. 
– Le marbré étant riche en beurre, il faut faire attention pour la manipulation : tant qu’il sera chaud, il restera fragile. 
– Dans mon cerveau, le marbré, c’est du freestyle. Toutefois, si vous êtes un stressé du dessin ou un artiste, vous pouvez faire très proprement avec deux poches à douilles. Je vous signale juste qu’à la cuisson, ça va bouger. En effet, votre marbré va commencer à cuire par les côtés qui sont en contact avec le moule. Vous allez avoir impression qu’il s’effondre vers le centre. Ce n’est qu’à la fin que la bosse caractéristique et la « crevasse » vont se former… Réduisant vos efforts artistiques à néant ou presque. 
– Ne forcez pas trop sur la vanille liquide car elle va vite colorer votre pâte et faire perdre de son effet marbré à votre gâteau. Si vous voulez vraiment renforcer le goût de vanille, ajoutez les graines d’une gousse de vanille ! 
– Dans son livre, Christophe Felder va au plus simple. Il préconise de tout placer dans le robot-coupe et de mixer jusqu’à obtenir une pâte homogène. C’est certainement la bonne technique si Chrisophe Felder la préconise mais, moi, j’ai fait dans le plus traditionnel. 
– Comme il me restait de la farine avec levure incorporée, j’ai testé avec. C’était absolument parfait, peut-être même que je retenterai l’expérience ! 
– La quantité de sucre me paraissant vraiment abusée, j’ai réduit d’un quart et mis 140g et c’est largement suffisant.

En conclusion, dégustons !

 
 
Posté dans

7 commentaires sur “Le marbré vanille-tonka-chocolat de Christophe Felder (vous ne verrez plus le Savane et Brossard de la même manière)

  1. Bonjour ! Je l'ai fait et il est bien bon ce cake, mais pas le jour meme, il faut vraiment attendre le lendemain sinon la croute et dure et pas tres bonne. Du coup, j'ai moi aussi zappé le glacage au chocolat mais je le ferai la prochaine fois, car je n'ai pas vraiment retrouvé le gout de chocolat en utilisant seulement du cacao dans la pate et la vanille était dominante. J'ai aussi réduit la quantité de sucre, mais meme avec tes dosages, je l'ai trouvé un peu trop sucré. Sinon, texture fondante et moelleuse comme je n'ai jamais vu dans un gateau. A tomber par terre ! Merci pour le partage !

  2. Bonjour,
    Nous avons essayé cette recette plusieurs fois en suivant vos indications et à chaque fois le gâteau se dégonfle un peu au milieu.
    nous utilisons une crème liquide fleurette, peut être que c’est dû à cela ?

    le gâteau reste très bon et nous souhaitons aussi qu’il soit beau

    1. Bonjour,
      J’utilise aussi de la crème Fleurette, je ne pense pas que cela vienne de là. Est-ce que votre cake est assez cuit ? Il est important qu’il soit bien cuit avant d’ouvrir le four. Tenez-moi au courant 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *