Un parfum d’Alsace avec les biscuits de pain d’épices de Christophe Felder

 
 
C’est peut-être un des symboles les plus représentatifs de Noël, le pain d’épices, particulièrement quand il prend la forme de biscuits. Si vous faites les marchés de Noël, vous en avez forcément déjà croisé. Si vous avez regardé Shrek, vous les avez aussi forcément croisé. Moi, je me souviens d’un Noël où ma cousine (qui habitait alors à Nancy) nous avait offert un gros « gingerbread man » ! Donc, pour moi, ces petits biscuits, c’est vraiment le symbole de Noël. 
Avec cette recette, vous obtiendrez des biscuits avec un parfum prononcé de pain d’épices. Personnellement, je ne suis pas un grand fan de ces biscuits mais je trouve ça très sympa à faire. Surtout, c’est génial à faire avec des Schtroumpfs pour les vacances de Noël. Autant la découpe que la décoration avec la glace royale vous promettent de belles parties de rigolade. Enfin, comme ce sont des biscuits, ils se conservent relativement bien, ce qui est idéal si vous voulez les transformer en cadeau gourmand ! A noter que ce sont des biscuits relativement légers (niveau calorie) comparativement aux sucreriers habituelles de Noël et même aux pains d’épice moelleux. 

Cette recette est extraite de la Bible rose Feldérienne (qui fait un merveilleux cadeau de Noël).

Infos pratiques

– Quantité : une douzaine de gros biscuits (25/30 petits biscuits)
– Difficulté : ☆☆☆☆
– Préparation : 5 minutes + 10 minutes
– Repos : 7 jours
– Réfrigération : 1h
– Cuisson : 10/15 minutes
 
La liste de courses :
Pour la pâte de base :
– 250 g de miel,
– 200 g de farine,
– 50 g de farine complète,
– 1 cuillère à soupe de cannelle.
 
Pour la pâte finale :
– 1 jaune d’oeuf,
– 1 cuillère à café de levure chimique,
– 1/2 cuillère à café de quatre-épices/épices à pain d’épice.
 
La liste des ustensiles :
– 1 casserole,
– 1 saladier,
– 1 cuillère en bois,
– Du papier sulfurisé ou 1 feuille SILPAT

Concrètement, pâtissons…

La pâte de base
1. Dans un saladier (dont vous n’aurez pas besoin pendant une semaine), on tamise les farines avec la cannelle. Parallèlement, on fait doucement chauffer le miel pour le liquéfier (il ne faut pas le brûler surtout). Quand le miel est tiède, on le verse sur les farines et on mélange avec la cuillère en bois. On obtient une pâte très solide. 
 
 
2. On ramasse toute la pâte au centre, on couvre le saladier avec un torchon ou du film étirable. On stocke pour 7 jours (non, je ne me suis pas trompé ; non, la pâte ne va pas moisir) à température ambiante. 
 
La pâte finale
1. Le jour J, on mélange le jaune d’oeuf avec la levure. Le mélange obtenu va s’éclaircir, gonfler et légèrement se solidifier. 
 
 
2. Dans la cuve du robot ou à la main, on mélange la pâte de base avec le quatre-épices et le mélange jaune/levure. On obtient une pâte très lisse qui a légèrement blanchi. On forme une boule avec cette pâte, on filme au contact et on place au réfrigérateur pour 1h minimum.
2. BONUS. Avant d’étaler la pâte, on met le four à préchauffer sur 170° C, chaleur tournante.

3. On arrive à l’étape la plus enquiquinante de la recette : étaler la pâte. Une fois que la pâte est étalée sur une épaisseur de 3 à 4mm, on emporte-pièce. 

 
4. On dépose nos biscuits sur du papier sulfurisé. On dore avec un peu de lait et on place au four pour 10/15 minutes, le temps que les biscuits gonflent légèrement et dorent.
5. On décore les biscuits avec de la glace royale. 
 

Astuces :
– Dans sa recette, Christophe Felder écrit qu’il faut 1/2 cuillère à café de bicarbonate de potassium et 1/2 cuillère à café de bicarbonate d’ammonium. Sauf que ce n’est pas forcément très simple à trouver, même en pharmacie (il fallait la commander chez moi), que c’est en « grand » conditionnement et que ça coute cher (ça n’est pas cher à proprement parler mais pour faire des biscuits juste une fois, ça n’était pas rentable). Par conséquent, l’utilité de ces deux bicarbonates étant de faire gonfler les biscuits, j’ai remplacé le tant pour tant par de la levure chimique. N’ayant jamais testé avec les bicarbonates, je ne saurais vous dire si c’est similaire mais, une chose est sûre, c’est très bon ainsi.
– Christophe Felder conseille d’utiliser un miel foncé (donc fort). Personnellement, j’ai opté pour un simple miel de fleur beaucoup plus léger (tout le monde ne raffole pas du miel fort à la maison).
– Pour mes papilles et mon cerveau, un pain d’épices ne peut se concevoir sans farine complète. Néanmoins, vos pains d’épices seront forts en épices. Par conséquent, si vous n’avez pas de farine complète et que vous savez ne pas vous en servir plus tard, mettez simplement 250 g de farine classique. Vous aurez simplement un pain d’épices au goût un peu moins typé.
– A la maison, ils n’aiment pas (trop) la cannelle (et là, vous vous dites que je fais bingo avec le pain d’épices qui cumule miel et cannelle). J’ai donc juste mis une belle cuillère à café de cannelle. C’est pour cela je pense que mes pains d’épices sont relativement clairs.
– Etaler la pâte va vraiment se réveler être LA tannée de cette recette super simple. La pâte étant composée de beaucoup de miel, elle va être très collante (mais vraiment collante comme de la colle, pas comme une pâte classique). Il faut donc régulièrement et généreusement fariner le plan de travail. Je l’ai même régulièrement retourné afin de m’assurer que la pâte ne colle pas. Attention néanmoins à ne pas ajouter une tonne de farine et à transformer votre pain d’épices en pain de farine 😉
– Ne me demandez surtout pas pourquoi il faut patienter 7 jours avant de réaliser ces pains d’épices. L’explication la plus pertinente que j’ai trouvé est celle que l’on m’a donné sur Instagram : les parfums sont ainsi décuplés.
– Pour la glace royale, les proportions sont les suivantes : 25 g de blanc d’oeuf pour 140 g de sucre glace. Personnellement, je me suis retrouvé avec une trop de glace royale. Par conséquent, la prochaine fois que j’en ferai, je ferai au pifomètre en réduisant les proportions. Ensuite, on ajoute – ou pas – du colorant et on décore avec des cornets en papier sulfurisé ou des poches à douilles. Si vous souhaitez, vous pouvez parfumer la glace royale en ajoutant quelques goutes de fleur d’oranger ou de kirsch.

En conclusion, dégustons !

 
 
 
Partager sur
Posté dans

4 commentaires sur “Un parfum d’Alsace avec les biscuits de pain d’épices de Christophe Felder

  1. Bon bon… je prépare le mélange sucre-miel ce soir pour tenter les zonzons demain. Je vais tâcher de ne pas me planter et faire des jolis biscuits !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *