Les TAL du Tablier #1 : ma liste de Noël

Dans la vraie vie (pas celle du blog, de l’informatique et du virtuel), j’aime deux choses par dessus tout : la cuisine et la littérature. Généralement, quand on ne me trouve pas en cuisine, on me trouve un bouquin à la main. C’est donc très logiquement que j’ai décidé d’y consacrer quelques articles, de manière sporadique, sur le blog. Et à tous ceux qui pensent que la littérature et la pâtisserie/cuisine n’ont rien à voir, je crois au contraire que tous les domaines sont poreux et se nourrissent. Il n’y a qu’à voir Brillat-Savarin qui, en plus d’être un gastronome renommé, était un fin lettré. Pour faire plus actuel, allez jeter à ce que peut écrire Christiant Le Squer. En plus d’être un Chef d’exception, il parle toujours avec finesse et talent de sa cuisine, au besoin en ayant recours à des images et des citations…
Je m’excuse par avance pour le titre de cette série d’articles. C’est un (très) mauvais jeu de mots entre « l’étal » de marché et « les TAL » (ou Trucs A Lire). C’est nul mais ça m’a fait sourire. Concernant le principe, c’est simple. Je pense et j’espère faire un article le premier dimanche de chaque mois… Autour d’un thème plus ou moins précis, j’évoquerai quelques livres que j’ai appréciés.
Allez, assez bavassé, on passe au vif du sujet. Mois de décembre oblige, le thème de ces premiers « Trucs à lire » sera ma liste de Noël. Tous les ans, à Noël, j’offre un livre à chacun de mes proches, même à ceux qui n’aiment pas lire. Je trouve qu’un livre est toujours un bon cadeau : l’objet peut être beau, il reste, il peut faire passer un message… A titre (très) personnel, je ne me lasserais jamais qu’on m’offre des livres. Par conséquent, aujourd’hui, vous pourrez piocher des idées dans cette liste : des livres de cuisine, des chers, des romans, ceux que je vais offrir, des pas chers, ceux que j’aimerais recevoir… Bref, un joli patchwork de mes envies du moment !

livres
« A la folie » de Raphaële Marchal (24€) : souvent, lorsqu’on achète un livre de cuisine ou de pâtisserie, on opte pour un auteur (Felder, Michalak, Pouget…) ou pour une thématique (les crêpes, le chocolat…). Ici, ce n’est pas ça du tout. C’est mieux, bien mieux. En effet, en moins de 200 pages, Raphaële Marchal réunit la crème de la crème dans son ouvrage. Soixante recettes, soixante chefs différents, soixante desserts signatures et autant d’anecdotes. Parmi les Chefs (et les recettes) que vous pouvez retrouver, il y a : Cédric Grolet et sa noisette, Yann Couvreur et son mille-feuilles, Cyril Lignac et son Equinoxe… N’en jetez plus, la cour est pleine !
Blague à part, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans oser le demander, Raphaële vous l’apporte sur un plateau : les secrets des plus grands Chefs pâtissiers actuels, toutes générations confondues… Tartelettes, éclairs, entremets, vous aurez plein de desserts différents à tester pour 2017. Je ne vous cache pas que ce livre est en tête de ma liste (papa Noël, si tu passes par là 🙂 ). Vous pouvez retrouver Raphaële dans « Fou de pâtisserie » tous les deux mois ou sur son blog, « En rang d’oignons ».

« Invitation d’un pâtissier voyageur » de Nicolas Bernardé (29,95€) : depuis sa sortie il y a quelques semaines, ce livre m’a tapé dans l’oeil. Ce beau livre devrais-je dire car toutes les photos que j’ai vues sont absolument magnifiques. Comme je viens de vous le dire, avec cette « Invitation d’un pâtissier voyageur », on repart sur les bases d’un livre thématique : les cakes. Et pour cause. Pour ceux qui ne le connaitraient pas, Nicolas Bernardé est un Meilleur Ouvrier de France qui s’est fait une spécialité des gâteaux de voyages. Dans ce livre, vous retrouverez donc des cakes mais signés par un MOF. Par conséquent, il y a du sucré, du salé, du sublime, du haute-couture, si bien, qu’à la fin on se demande s’il s’agit encore vraiment d’un cake (rien que celui de la couverture est splendide). Cerise sur le gâteau, outre ses cakes, Nicolas Bernardé nous offre diverses recettes de base que l’on peut utiliser tous les jours.
Nicolas Bernardé nous promet un voyage avec le titre de son ouvrage. Mission trois fois réussie : on voyage en le feuilletant, on voyage en cuisinant et on voyage en dégustant ! Des beaux livres de cuisine ou de pâtisserie, il y en a des tonnes à offrir mais celui-ci présente l’avantage d’être récent et relativement peu cher pour un livre de ce type. Là encore, je n’ai pas pu m’empêcher de le faire figurer tout en haut de ma liste de Noël… Pour tous ceux qui habitent la Garenne-Colombe, vous pouvez retrouver Nicolas Bernardé en vrai dans sa boutique ou pour un cours.

« Le dernier des nôtres » de Adelaïde de Clermont-Tonnerre (22€) : c’est rare mais en cette rentrée littéraire, trois livres m’ont marqué. Ivan Jablonka qui a réalisé un travail magistral sur l’affaire Laetitia Perrais. Serge Joncour qui a certainement écrit le plus beau roman de cette année (mon petit coup de coeur). Et Adelaïde de Clermont-Tonnerre. Chacun dans leur genre, ils sont à part mais j’ai choisi de vous parler du « Dernier des nôtres » car c’est certainement le livre le plus accessible (ce qui est toujours important quand on fait un cadeau). Enfin, s’il était besoin de vous convaincre un peu plus, ce livre a reçu le Grand prix du roman de l’Académie Française et il fait partie de ceux que j’offrirai à Noël.
Dans un récit en miroir, Adélaïde de Clermont-Tonnerre nous raconte l’histoire d’une famille pendant et après la deuxième guerre mondiale, le tout sur fond d’histoire d’amour impossible. Il ne s’agit pas d’un roman parfait, bien au contraire. Il y a de multiples imperfections qui font tout son charme. Une fois que l’on a débuté ce livre, il est impossible de le lâcher, on veut absolument aller jusqu’au bout du voyage. Pire, une fois la dernière page tournée, je n’avais qu’une seule envie de lecture : le précédent livre d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre. Le style est vif et délié, ce qui fait qu’il se lit très facilement. De manière assez paradoxale, comme pour « La vérité sur l’affaire Harry Québert » de Joël Dicker, l’écriture semble anodine alors qu’elle est aussi particulière que réconfortante. A la lecture de ce livre, je me sentais comme dans une petite b(o)ulle de coton…

« La vie devant soi » de Romain Gary (7,70€): au contraire du « Dernier des nôtres », je vous propose un livre plus ancien. Mais pas n’importe lequel puisqu’à mon sens, c’est un incontournable, un intemporel, une valeur sûre (étant donné que c’est mon livre doudou, je ne suis pas très objectif). Qui ne connait pas Romain Gary (Emile Ajar ?) et « La vie devant soi » ? Il s’agit quand même du seul auteur a avoir reçu le prix Goncourt pour deux romans différents.
Si on s’attache au livre en lui-même, il est la quintessence de la perfection à mon sens. L’histoire d’une rencontre impossible entre un jeune et une vieille, une juive et un musulman, une ancienne prostituée et un gamin abandonné… Ce récit emporte tout sur son passage : on rit, on pleure, on sourit… Enfin, on est marqué au fer rouge par cette langue si particulière. Les mots sont tordus et désarticulés mais ils forment un chant magnifique et inimitable à notre oreille… En ces périodes où on peine à supporter l’autre et celui qui ne nous ressemble pas, ce beau roman fait du bien. En ces périodes où on peine à s’intéresser à la culture et à la littérature, cet excellent roman fait du bien. Puisque je trouve ce livre magnifique et facile d’accès, je l’ai déjà offert à Noël pour convertir des non-lecteurs… Il n’y a qu’un risque à offrir ce livre : non pas que la personne ne l’aime pas, simplement qu’elle l’ait déjà.

NB : je vous mets les liens Amazon… mais vous connaissez mon attachement aux libraires indépendants !

Posté dans

2 commentaires sur “Les TAL du Tablier #1 : ma liste de Noël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *