La pâte à tartiner aux noisettes et chocolat de Michalak : le Graal du petit-déjeuner !

pâte à tartiner michalak 8

pâte à tartiner michalak 7

pâte à tartiner michalak 6

 
[Attention, billet fleuve. Billet très fleuve, même.]
Je vous ai prévenu mais cet article dort dans les entrailles du blog depuis un moment et j’ai quand même pas mal de choses à vous dire !  
Ça fait quelques temps qu’on se connait déjà et vous savez que sans être un acharné du bio, ma fibre écologiste est assez développée. Du coup, si j’aime bien manger, j’aime aussi manger de bonnes choses… Or, si le Nutella répond au premier impératif (Dieu seul sait que j’adore le goût du Nutella – même si c’est assez indéfinissable – et sa texture), il est loin de satisfaire au second. Parfois, des images valent mieux qu’un long discours. Laissez un pot de Nutella au soleil et vous verrez. Outre cet aspect « nutritionnel », l’huile de palme et moi ne sommes pas trop copains car elle est une des causes de la déforestation. Je ne suis pas là pour vous faire la leçon puisque je vous l’ai dit, moi-même je mange du Nutella. Toutefois, je pense qu’il est bon de remettre les choses dans leur contexte et de se rendre compte de ce qu’on mange (surtout quand on voit les plans marketting de Nutella !!). D’ailleurs, si vous voulez un comparatif entre ces deux pâtes à tartiner, Valérie a poussé le vice jusqu’à indiquer le pourcentage de chaque ingrédient (en bas de son article). C’est E-DI-FIANT !
Bon, maintenant qu’on a réglé leur sort au Nutella et à son huile de palme, rentrons dans le vif du sujet ! Sur l’auteur, on va vite passer. C’est du Michalak, donc, ça frôle la perfection (quand ça ne l’égale pas). Si vous voulez en apprendre plus sur lui, tapez « Michalak » dans le moteur de recherche du blog et vous aurez un aperçu du talent (et de ma vénération). En elle-même, la pâte à tartiner est divine. J’avais testé plusieurs fois les pâtes à tartiner maison et, toujours, j’ai été accueilli par une moue dubitative voire carrément hostile. Ici, rien de tout ça. Au contraire, j’ai suscité l’enthousiasme, et pour cause. Dans ce Nutella homemade, on sent absolument tout. Tout d’abord, c’est les noisettes torréfiées qui titilleront vos papilles avant que le caramel ne vienne adoucir tout ça. Ensuite, c’est le chocolat qui arrive mais c’est léger, très léger. Enfin, on termine sur une note de sel (je suis charentais, ascendant breton, autant vous dire que le sel est une religion à la maison et que j’adooooore, les pointes salées dans le sucré. Pour les gens « normaux », pas de panique ce Nutella n’est pas salé, c’est simplement une touche, une pointe, un soupçon).
Ceci étant dit, je tiens à préciser trois choses quand même :
– Malgré ce que vous pourrez lire sur internet, cette pâte à tartiner n’a pas le goût du Nutella (allez-y, jetez-moi des cailloux). Comme je l’ai écrit plus haut, le goût du Nutella est assez indéfinissable et sa recette est restée secrète. Ca a un bon goût mais on ne sait pas un goût de quoi. Du coup, c’est difficilement imitable pour cette pâte à tartiner puisqu’on en sent les saveurs de chaque ingrédient. Par conséquent, cette pâte à tartiner est excellentissime mais si vous voulez une imitation de Nutella, passez votre chemin (pour en avoir testée d’autres, je peux vous dire que certaines pâtes à tartiner maison s’approchent plus du Nutella). 
– La pâte à tartiner michalesque ne contient pas une once d’huile de palme (et quasiment pas d’huile). Pour autant, ça reste une pâte à tartiner et on est loin d’avoir quelque chose de diététique. En effet, les ingrédients principaux sont de la noisette, du caramel, du sucre glace et du chocolat. Pour autant, ce n’est pas pire que certains desserts qu’on peut manger (et qui sont sur ce blog). Simplement, après tout ce que j’ai dit sur le Nutella, je voulais être le plus juste possible. 
– Ne comptez pas sur cette pâte à tartiner pour faire des économies. Bien sûr, si Michalak avait fait comme Nutella et blindé sa pâte à tartiner d’huile, ça serait revenu moins cher. Mais voilà, Michalak a misé sur la qualité. Or, la qualité a un prix, notamment s’agissant des noisettes qui coûtent cher et du chocolat (notamment si on tape dans le Jivara). Ceci étant dit, vous n’allez pas investir 50€ dans cette pâte à tartiner, non plus. Et puis, après, c’est une question de point de vue : est-ce qu’on veut manger de la m… à bas-prix (encore que, le Nutella ce n’est pas donné) ou de la qualité en payant un peu plus cher ? 

Je vous laisse méditer là-dessus et je passe à la recette 🙂 !

 


Infos pratiques:
– Quantité : 2 pots de confiture
– Difficulté : ☆☆☆☆☆ 
– Préparation : 30 minutes

La liste de courses : 
– 270 g de noisettes entières,
– 120 g de sucre en poudre,
– 150 g de sucre glace,
– 150 g de chocolat au lait à 40%,
– 25 g de poudre de lait entier,
– 10 g de cacao en poudre non sucré,
– 5 g d’huile de pépins de raisin (ou d’une huile neutre),
– 3 g de fleur de sel.

Ustensiles :
– 1 robot coupe, 
– 1 casserole, 
– 1 feuille SILPAT ou du papier sulfurisé,
– 1 tamis,
– 1 maryse, 1 fouet ou 1 cuillère en bois.

Concrètement, pâtissons…

Le praliné
1. On commence par faire torréfier les noisettes. Pour cela, on fait préchauffer le four sur 180° C. On place les noisettes sur une plaque en métal (à défaut, un plat) que l’on place au four pour 15/20 minutes. Éventuellement, à mi-cuisson, on remue un peu les noisettes.
2. Quand les noisettes ont refroidi, on enlève la peau en les roulant dans un tamis (ou en les « émiettant » entre les mains).
3. Ensuite, on va réaliser un caramel. Ceux qui me suivent connaissent le mode de fonctionnement de Christophe Michalak : sur feu vif, on fait fondre 40 g de sucre ; quand c’est fondu, on rajoute 40 g ; on fait la même chose pour les 40 derniers grammes. On ne mélange jamais du caramel au fouet, à la maryse, à la cuillère… Simplement et si besoin, on donne de légers coups de poignet à la casserole. Lorsque le caramel est ambré, on ajoute le sel et on le déverse sur du SILPAT/du papier sulfurisé.
 
pâte à tartiner michalak 4
 
4. Le caramel va rapidement refroidir, on le casse alors en morceaux que l’on place dans le robot-coupe avec 120 g de noisettes. Il ne reste plus qu’à mixer jusqu’à obtenir une pâte plus ou moins liquide.
 
Le gianduja
1. Toujours dans le robot-coupe, on place les 150 g de noisettes restants et le sucre glace. On fait la même chose : on mixe jusqu’à obtenir une pâte compacte.
 
pâte à tartiner michalak 3

2. Au micro-ondes, on fait fondre le chocolat au lait (on y va doucement pour ne pas le faire cramer). Une fois fondu, on ajoute le chocolat à la pâte de noisettes et on mixe à nouveau pour mélanger.
 

La pâte à tartiner
1. On place tous les ingrédients dans le robot-coupe : le praliné, le gianduja, la poudre de lait, le cacao et l’huile. On mixe jusqu’à obtenir la consistance souhaitée, en sachant que plus on mixe, plus la pâte se liquéfie.

pâte à tartiner michalak 2

 

Astuces :
– Cette pâte à tartiner a un petit côté rustique (c’est le mot de mon père pour toute préparation n’ayant pas un rendu bien lisse, notamment la purée). En effet, avec nos robots-coupe, on ne réussira jamais à parfaitement mixer le praliné. Résultat, il reste toujours de minuscules morceaux de caramel et/ou noisettes. Personnellement, je trouve que c’est un plus de cette recette. Toutefois, pour les palais moins rustiques ou plus délicats, je vous propose l’astuce de Kiwipatate : on chinoise/tamise notre praliné. Malin, non ?
– Cette recette est aussi géniale de par sa composition qui permet une conservation longue. J’ai déjà réalisé d’autres pâtes à tartiner mais, à chaque fois, il y avait du lait ou des choses du même acabit qui faisaient que la conservation passait par la réfrigération. Du coup, pour la texture ce n’est pas top et la durée de conservation s’en trouve amoindrie. En revanche, avec Michalak, vous pouvez conserver la pâte à tartiner plusieurs semaines (mois) dans un placard. Super pratique, on peut réaliser la recette en grande quantité et on est tranquille pour un moment !
– L’ustensile principal de cette recette est le robot coupe. J’ai un petit robot de merdouille et mon moteur chauffait. Du coup, j’ai été obligé de faire des pauses régulièrement pour qu’il redescende en température. J’ai pu réaliser la recette mais c’était beaucoup plus long. Par conséquent, assurez-vous quand même d’avoir un robot coupe qui tienne la route et, le cas échéant, faites des pauses régulièrement sous peine de griller votre robot et de ne pouvoir terminer la recette (et, accessoirement, de devoir en racheter un).
– Approximativement, vous pourrez remplir 2 pots de confiture « Bonne maman ».
– Parlons un poil de la texture de la pâte à tartiner. Sur les photos, c’est le résultat quelques heures après la réalisation. Le lendemain, la pâte va légèrement durcir mais pas comme du Nutella. On s’approchera plus d’une texture pâte à modeler friable (c’est la seule métaphore qui me vienne à l’esprit : c’est un peu ferme mais pas dur). De toute façon, si d’aventure la pâte durcissait trop, quelques secondes au micro-ondes et vous obtiendriez quelque chose de nappant (car oui, j’ai encore eu un problème de connexion de mes neurones et j’ai placé la pâte à tartiner au… réfrigérateur ! Sacrilège !).
– Sur son blog, Valérie conseille de mettre du Jivara dans la pâte à tartiner. Vous le savez maintenant, les produits Valrhona sont d’une rare qualité mais un peu cher. Comme je voulais tester, au moment d’ajouter le chocolat, j’ai divisé ma préparation en deux. J’en ai réalisé une avec du Jivara et une avec du chocolat au lait de supermarché. Avec mes experts, nous avons testé les deux versions l’une à la suite de l’autre et, en toute franchise, on a été bien incapable de voir la différence. Du coup, à vous de voir. Si jamais vous testez, n’hésitez pas à me faire part de votre sentiment. 

En conclusion, dégustons !

pâte à tartiner michalak 1

Posté dans

12 commentaires sur “La pâte à tartiner aux noisettes et chocolat de Michalak : le Graal du petit-déjeuner !

  1. Déjà testée ! Un peu longue, pas vraiment bon marché…. mais un pur délice à déguster à la petite cuillère !!!! La pâte industrielle a déserté mes placards depuis bien des années !!!

  2. Coucou, elle est très réussie et me donne envie d'en refaire un pot là tout de suite ! (Car pour ceux qui n'ont pas encore testé : la photo les tente déjà plus que certainement… mais quand en plus on sait le goût que ça a… alors là, ça va même plus loin que de la tentation !! ^^)

    Et je tiens à te remercier également pour le petit clin d’œil à mon blog =)

    Bizzz et passe une excellente soirée =)

  3. Bonjour à tous,
    Combien de temps conservez-vous votre pâte à tartiner et comment ?
    J’ai fait ma première recette la semaine dernière et j’avais l’équivalent d’1/3 de pot de Nutella mais aujourd’hui il y avait plein de moisi à l’intérieur! 🙁
    Merci pour votre réponse.

    1. Bonjour Pauline,
      Sincèrement, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Tu as bien utilisé du lait en poudre ? Sinon, peut-être l’appart ou la maison trop chauffé avec l’hiver.
      Moi, je ne l’ai jamais conservé des mois (pas le temps 🙃) mais je n’ai eu aucun problème de conservation pendant les 2 ou 3 semaines qu’il a fallu pour finir le pot.
      N’hésite pas à me tenir au courant

  4. Bonjour !! Puis je savoir pourquoi j ai un dépôt blanc sur le dessus de ma pâte à tartiner. .. ça se mange pas soucis on dirait du sucre figé ..merci de votre reponse

    1. Bonjour Mymy, comme je le dis dans le commentaire précédent, j’ai toujours conservé cette recette quelques semaines sans aucun souci. Vous l’avez conservé dans un placard ou au réfrigérateur ? Je pense qu’il s’agit effectivement du sucre qui a cristallisé légèrement au fil du temps. Tenez moi au courant.
      Belle soirée

  5. Bonjour,

    J’ai tenté de réaliser cette pâte à tartiner mais j’ai une méga pâte que je n’ai pas réussi à faire plus liquide…

    j’ai surement foiré quelque part mais je ne vois pas ou….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *